Puits et qualité de l’eau

Un ouvrage de captage d’eau souterraine est une installation qui permet de puiser l’eau à partir des nappes d’eau souterraine. Généralement, on distingue les captages individuels, destinés à alimenter une résidence isolée, et des captages collectifs, destinés à alimenter plus de 20 personnes. Ces deux types de captages sont traités différemment dans la réglementation, selon leur impact potentiel sur la santé humaine.

Il existe plusieurs types d’ouvrages qui permettent de capter l’eau souterraine d’un aquifère :

  1. le puits tubulaire
  2. le puits de surface
  3. la pointe filtrante
  4. le captage de source
  5. le puits rayonnant
  6. les drains horizontaux

Au Québec, parmi les types d’ouvrages énumérés ci-dessus, le puits tubulaire, aussi appelé « puits artésien », et les puits de surface sont les plus communément utilisés. L’utilisation des autres types d’ouvrages de captage d’eau souterraine est beaucoup moins fréquente.

Analysez votre eau annuellement!

La qualité de l’eau d’un puits artésien ou un puits de surface peut changer avec le temps. On peut retrouver des substances nocives dans l’eau qui ne présentent aucune couleur ni odeur. Il est donc recommandé de faire l’échantillonnage de l’eau d’un puits au moins une fois par année et même deux si possible. La première fois que l’eau provenant du puits est analysée (même pour les résidences existantes), il est recommandé de faire analyser par le laboratoire la liste complète des substances recommandées par le gouvernement provincial. Les analyses subséquentes peuvent ainsi se limiter aux bactéries et certaines substances qui avaient été décelées en plus grand nombre dans la première série d’échantillons. Lors de la construction d’une nouvelle résidence avec un nouveau puits et système septique, le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) demande que l’analyse complète soit effectuée.

Tout projet d’aménagement d’un puits ou de réfection de celui-ci doit être précédé par l’émission d’un permis à cet effet. Afin d’obtenir un tel permis, il est requis de fournir un plan localisant l’ouvrage de captage des eaux souterraines préparé par un ingénieur ou un technologue. Toute personne désirant réaliser un ouvrage de captage des eaux souterraines ou un réaménagement de celui-ci sur un lot doit obtenir un certificat auprès de l’officier responsable de la Municipalité ou du MELCC.

La Municipalité est responsable de l’analyse de toutes les demandes de certificats, à l’exception des projets de captage suivants (demandes pour le MELCC) :

  • Le projet de captage, s’il est destiné à la consommation humaine, alimentera plus de vingt (20) personnes.
  • La capacité journalière de l’ouvrage de captage proposé, quel que soit l’usage qui en sera faite, est supérieure à 75 mètres cubes.
  • Le projet est conçu pour capter une eau souterraine destinée à être distribuée ou vendue comme eau de source ou eau minérale.
  • Seul un puisatier peut forer un puits artésien et seul un entrepreneur possédant les qualifications minimales de la RBQ peut faire un puits de surface, car tous deux doivent remplir un rapport de forage sur un formulaire du MELCC. Il n’est donc pas possible de faire son propre puits de surface à moins de posséder la formation 2.2 de la RBQ pour ouvrage de captage non foré.

Le propriétaire d’un ouvrage de captage doit, entre le deuxième et le trentième jour suivant la mise en marche de l’équipement de pompage, faire prélever des échantillons d’eau souterraine et les faire analyser par un laboratoire accrédité. L’analyse doit porter sur les paramètres suivants :

  • bactéries coliformes totaux
  • bactéries Escherichia coli
  • bactéries entérocoques
  • arsenic
  • baryum
  • chlorures
  • fer
  • fluorures
  • manganèse
  • nitrates et nitrites
  • sodium
  • sulfates
  • dureté totale basée sur la teneur en calcium et magnésium